Tag Archives: naturalisme littérature

Humble parade au Palais

C’est bien souvent en ces fastes de Noël et du jour de l’an, lorsque les cœurs sont réjouis et les estomacs repus, que nos pensées s’éveillent à la philanthropie. Mais, la plupart du temps, force est de reconnaître que nos yeux se détournent de la main qui mendie, de l’unijambiste claudicant, de l’impotent ou de l’ivrogne qui arpentent comme des mânes les corridors du métro ou hantent les trottoirs de la cité des lumières. Car la misère, dans ce qu’elle a de plus extrême, de plus insoutenable, est bien trop répulsive pour être regardée en face. Le malaise qu’engendre la souffrance devient si intense qu’il finit invariablement par se consumer dans le déni ; puis vient l’habitude, enfin l’indifférence. Il aura fallu qu’un artiste rende hommage aux déshérités, non pas pour apitoyer, ni pour culpabiliser, mais pour en faire des sujets d’expression. Il parviendra même à insuffler à la disgrâce une beauté pure, séraphine. Cet artiste, méconnu, s’appelleFernand Pelez. Il vous présente, au petit Palais, sa «Parade des humbles ».

les pauvres de Pelez

Ce n’est probablement pas une coïncidence si la parade débute par une représentation du Christ, symbole mélancolique du calvaire. Ce que Pelez donne à voir ce sont des « martyres modernes », ces « misérables », orphelins et sans abris. A cette époque, le naturalisme vient d’éclore et la pauvreté est à la mode ; elle connaît un succès fulgurant. La littérature, d’Hugo à Zola s’en gorgera. Mais les mots se font prudes et quelle que soit leur justesse, oblitèrent ce que l’image exhibe avec force, âpreté, réalisme : c’est la misère vraie. Cette misère que sécrète la ville et dont la sanie ne se tarira pas. Plus possible d’échapper à ce qui nous meurtrit le plus : leur regard. Les yeux de ceux qui souffrent ont cette lueur de tristesse, parfois de dureté, mais toujours cette étincelle de dignité, leur dernier trésor.

Pelez, parade humbles

Pelez est le seul de sa génération à peindre les bas-fonds dans leur atroce réalité. Il ira jusqu’à figurer la mort, ce voile noir qui plane comme un échafaud au-dessus des têtes d’anges ; une menace qui manque chaque jour de ravir leur dernier souffle. Il y a peu, si peu de différences entre cette blanchisseuse endormie, couchée à même le sol, et cette jeune femme retrouvée morte sur un parvis, dont seule la coloration violacée de la bouche et des doigts trahit le sommeil éternel.

blanchisseuse endormie Pelez

asphyxiee


Les vaches maigres de Montmartre

Artiste enragé, Pelez participera à plusieurs reprises à la Valchacade, petit cortège dédié aux peintres démunis de Montmartre. Il est à l’origine du char principal du défilé, faisant référence à l’épisode biblique du veau d’or. L’espace de quelques heures, le temps se fige pour les laissés-pour-compte dont la précarité s’évapore dans le roulement de tambour, la cacophonie des rires et des musiques. Plus que jamais, la rue – cet asile – leur appartient.

Pelez grimaces et misère


Le ballet, cache-misère des petits rats

Tandis que les impressionnistes s’emparent de l’Opéra et ses ballerines, Fernand Pelez saisit son pinceau pour gratter l’écorce dorée du spectacle. Derrière les brocarts scintillants, dans les coulisses, nous sommes aux antipodes de la magie. Les petits rats, payés trois sous pour une représentation, troquent leurs oripeaux pour des tutus et des chaussons de satin. À l’abri des projecteurs, l’innocence se pare d’un masque sombre et les jeunes danseuses arborent un air bien pensif. Ni jeux, ni insouciance pour ces fillettes hâves et cernées, pour qui la danse devient un joug. Pourtant, baignées dans ce monochrome édulcoré de rose, qui les révèle en les dérobant, elles n’ont rien à envier aux ballerines de Degas.

Danseuses Pelez

Danseuses tristes Pelez

Il fait froid en cette fin décembre et les indigents de Paris me semblèrent plus nombreux, au sortir du petit Palais.
Sans doute les voyais-je pour la première fois…

—————————————————–
La parade des humbles
Petit Palais

Avenue Winston Churchill – 75008 Paris
Standard : 01 53 43 40 00
Jusqu’au 17 janvier

Leave a Comment

Filed under Expositions

Ecrivains… ou cuisiniers ?

Nombre d’auteurs manient avec dextérité la métaphore culinaire, quand ils ne consacrent pas des pans entiers de leur roman aux nourritures terrestres. Inventeurs de mets exquis, créateurs de fumets appétissants, qui sont ces cordons-bleus du verbe qui nous mettent l’eau à la bouche ? Découvrez-les à travers un panorama des festins fictifs les plus mémorables de l’histoire littéraire.

Le banquet d'Ahasuerus

Le plus hédoniste : la ripaille gourmande de Rabelais

Classique du genre de la littérature gastronomique, comment ne pas citer Pantagruel, dont le récit est truffé de références à la bonne chère. Rabelais y décrit les fastes de banquets somptueux à en faire saliver le lecteur :

« Pendant qu’ils banquetaient, Carpalim dit :  » Ventre Saint Quenest, ne mangerons-nous jamais de gibier ? » […] Immédiatement Epistémon fit deux belles broches de bois à l’ancienne […] et au feu où brûlaient les chevaliers ils firent rôtir leur venaison. Et après, festin, avec flots de vinaigre. Le diable emporte celui qui aurait fait semblant ! C’était triomphe de les voir bâfrer. » (Chapitre XVI)

Avis aux estomacs fragiles : la lecture de Pantagruel leur demandera sans doute un peu d’entraînement.

Le plus insolite : le repas de deuil de Huysmans

Dans A Rebours, le riche et excentrique personnage Des Esseintes organise un faux banquet de deuil, dont l’originalité consiste à ne servir que des aliments de couleur…noire.

« On avait mangé dans des assiettes bordées de noir, des soupes à la tortue, des pains de seigle russe, des olives mûres de Turquie, du caviar, des poutargues de mulets, des boudins fumés de Francfort, des gibiers aux sauces couleur de jus de réglisse et de cirage, des coulis de truffes, des crèmes ambrées au chocolat, des poudings, des brugnons, des raisinés, des mûres et des guignes […] »

Inspiré d’un fait réel, cet étrange repas a bel et bien eu lieu ! En 1873, Grimod de La Reynière organisa un « souper funèbre » dont le succès fut tel que de nombreux écrivains de l’époque, comme Grimm et Bachaumont, relatèrent l’événement dans leurs écrits.

Les mangeurs de ricota

Le plus réaliste : le banquet populaire vu par Zola

Septième volume de la série des Rougon-Macquart, L’Assommoir est sans doute la peinture la plus criante de vérité des milieux populaires du XIXème siècle. Le rite du repas est ici décrit comme révélateur des us et coutumes de la classe ouvrière :

« C’était même touchant de regarder cette gourmande s’enlever un bout d’aile de la bouche, pour le donner au vieux, qui ne semblait pas connaisseur et qui avalait tout, la tête basse, abêti de tant bâfrer, lui dont le gésier avait perdu le goût du pain. Les Lorilleux passaient leur rage sur le rôti ; ils en prenaient pour trois jours, ils auraient englouti le plat, la table et la boutique, afin de ruiner la Banban du coup. Toutes les dames avaient voulu de la carcasse ; la carcasse, c’est le morceau des dames. Madame Lerat, madame Boche, madame Putois grattaient des os, tandis que maman Coupeau, qui adorait le cou, en arrachait la viande avec ses deux dernières dents. Virginie, elle, aimait la peau, quand elle était rissolée, et chaque convive lui passait sa peau, par galanterie ; si bien que Poisson jetait à sa femme des regards sévères, en lui ordonnant de s’arrêter, parce qu’elle en avait assez comme ça : une fois déjà, pour avoir trop mangé d’oie rôtie, elle était restée quinze jours au lit, le ventre enflé. Mais Coupeau se fâcha et servit un haut de cuisse à Virginie, criant que, tonnerre de Dieu ! si elle ne le décrottait pas, elle n’était pas une femme. Est-ce que l’oie avait jamais fait du mal à quelqu’un ? Au contraire, l’oie guérissait les maladies de rate. On croquait ça sans pain, comme un dessert.»

En s’appuyant sur des procédés réalistes (description en hypotypose, minutie des détails et focalisations sur les différents personnages), Zola parvient à donner vie à son banquet. Pour un peu, le lecteur serait tenté de s’attabler à côté de Gervaise et de picorer, lui aussi, un morceau d’oie rôtie !

Leave a Comment

Filed under Littérature